• Tu veux que je te dise

    Donner la becquée à un miraculé sous l'oeil avide de manipulateurs dans l'âme, ça donne envie de gerber. La crème au chocolat ultra-protéinée s'approuve du pouce dans ce film muet. La vedette en devenir est plus morte que vive, surtout du côté coeur. Les tuyaux et les bips prennent moins de place qu'avant l'espoir des uns. Le cauchemar prend plus de place dans l'avenir des autres. S'il n'y avait pas eu le ventilateur et la bande-son, on ne m'aurait pas prise pour quelqu'un d'autre. Je ne suis pas l'héroïne du film. Je ne vais pas tenir la main que j'ai lâchée autrefois. Je suis venue pour la terrasse : sa vue imprenable, ses bancs, ses mégots et ses perf' à roulettes. J'y suis seule au monde tout contre la rambarde et le vent n'est pas branché entre des machines à bips.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :